Contact
Le Clovisquizz
Le livre d'Or
Les mises à jour
Liens
 
 
511 : le concile d'ORLEANS
( son règne )

casque12Roi des Francs, Clovis était aussi roi des évêques ( si l'on peut dire ) et la convocation du concile d'Orléans en 511 montre qu'il se considérait comme le chef de l'église. Il avait largement bénéficié de l'appui des prélats tout au long de son règne et en contrepartie il les couvrait de sa protection et les aidait à christianiser les païens et les hérétiques, à embellir les églises et à en bâtir de nouvelles. Il les consultait fréquemment et tenait le plus grand compte de leurs avis. La nécessité se faisait sentir de rétablir les évêchés aquitains, de résorber au plus vite l'hérésie arienne, mais aussi de mettre fin à certains abus suscités par les bouleversements des dernières décennies, tel fut l'objet du concile d'Orléans. Clovis réuni donc un concile national des Gaules. Cela est normal et remonte maintenant à une habitude prise dés le 1er août 314 au concile d'Arles réuni selon la volonté de Constantin, suivirent en 384 ou 385 à Bordeaux, celui de l'empereur Maxime, puis le 10 septembre 506 à Agde celui d'Alaric II ( roi des Wisigoths ). Le choix d'Orléans était significatif, cette ville étant à mi-chemin de l'Aquitaine et de la France Septentrionale. Les pères conciliaires siégèrent à l' église Sainte Croix et soumirent 31 canons à l'approbation de Clovis (sûrement 31 réponses aux questions qu'il avait posé).
Néanmoins son ordre n'a pas été complètement observé, car tous les évêques du royaume ne sont point présents. En effets, les canons promulgués sont suivis des noms des évêques qui apposèrent leur signum au bas des manuscrits. Ils sont 32, or ils auraient dû être 71, et sur 10 métropolitains ils ne sont que 5 :

Licinius de Tours Nicetius d'Auch
Gildaredus de Rouen Cyprianus de Bordeaux
Tetradius de Bourges  

Parmi les absents il y avait les évêques armoricains et Pyrénéens, probablement par insuffisance de christianisation ou par incomplète libération des wisigoths. Les sièges de Tongres et de Mayence étaient vacants depuis les invasions de 406, et la région restait contrôlée par les Francs Rhénans, ce qui explique aussi, sans doute l'absence de Risticus de Trèves. En revanche il, est incompréhensible que Léon, métropolitain de la quatrième Lugdunaise, et Remi métropolitain de la Seconde Belgique, ne soient point venus alors que nous sommes certain qu'ils étaient en vie l'un et l'autre.
 
Orléans
le concile
 
Quelques canons du Concile
Une partie des canons répondait à des interrogations politiques. Les problèmes du droit d' asile et des mariages incestueux, abordés dans le code Théodosien, avaient pris une acuité nouvelle de par la présence des Francs. Le concile s'attacha à protéger de la mort et de la mutilation, les homicides, adultères, ravisseurs de jeunes filles et esclaves fugitifs, catégories particulièrement exposées au droit de vengeance privée des lois barbares. Le concile menaça d' excommunication et de la colère divine les poursuivants.

Une autre partie des canons était relatif à la discipline ecclésiastique, d'affirmer l'identité et le recrutement du clergé. Elle intéressait dans une certaine mesure les autorités civiles, car c'était en effet un moyen de se soustraire aux obligations qui incombaient normalement aux hommes libres, comme le service militaire ou les impôts. L'assemblée afin de concilier les intérêts, décida que désormais les candidatures devaient être approuvées par le roi ou par le compte qui représentait celui ci. Il excepta toutefois les fils, petit-fils et arrière-petits-fils de prêtres.
Relativement aux ariens, ils manifestèrent la plus grande modération, afin d'accélérer les conversions au catholicisme. Il en fut de même pour les prêtres hérétiques et de leur insertion dans la hiérarchie. On comprends bien qu'il s'agissait d' effacer le plus vite possible les dernières traces de l'hérésie.

Le concile eut aussi à traiter du mariage des prêtres. Il défendait aux membres du clergé, quel que fut leur rang d'admettre dans leur demeure d'autres femmes que leurs proches parentes. Les prêtres mariés devaient rompre leur union, du moins de s'abstenir de relations charnelles avec leur épouse, laquelle pouvait cependant cohabiter avec eux.

Le concile d'Orléans dégageait une certaine conception du clergé. L'évêque nommé par le roi, voyait son autorité renforcée sur tout le clergé. Il avait pour rôle, avec ses clercs, de limiter la violence dans la société. On voit qu'il s'agissait d' une véritable restructuration religieuse. L'église enfin triomphante ancrai sa puissance à l'ombre du roi chrétien. Dans le même temps Clovis s'employait à organiser la vie civile et faisait rédiger la loi salique, en l'actualisant.

 
 
 

mon village de POMMIERS
un petit nouveau VIETNAM51
   visiteurs depuis le 20-05-2002
 

496 les Alamans 508 les Francs Rhénans 486 Syagrius 490 conquète de la Bretagne 490 aprés Syagrius 511 le concile d'Orléans 508 Tours 507 les Wisigoths 500 les Burgondes 500 les Burgondes 507 les Wisigoths 507 les Wisigoths 507 les Wisigoths 509 Paris capitale 496 le baptême